Auteur: Naëlle
Mail: naelle[@]lartisan.net   (sans les [ ])
Titre: Une si petite île
Genre : Fantasy/aventure/mystère

 

Note : Bonjour la compagnie :)
Je ne m'attendais pas à avoir déjà des commentaires pour le début ! Sachez que vous m'avez fait très plaisir en me faisant part de vos impressions ^___^
*contente*
Je ne vous ai pas encore répondu, mais je vais le faire, ne vous inquiétez pas ^_^
Bonne lecture :-)

 

Une si petite île

 

 

Chapitre 02

** Le vieil homme **

 

 

 

Julien ne s’arrêta que lorsqu’il fut à bout de souffle. Il fallait qu’il se calme et qu’il comprenne. Où de deux choses l’une : soit il était devenu fou, soit il était en train de rêver.

« Faisons un essai », pensa le jeune homme avant de murmurer :

- Menel.

Quelques minutes plus tard, le garçon rencontré dans le parc, arriva.

- Vous avez couru ?
Demanda-t-il en se rapprochant.

- Ok, c’est un rêve. Alors ne cherchons plus à comprendre, dit Julien avec une certaine satisfaction à cette pensée.

- Que dites-vous ?

- Rien, rien. Au fait, comment as-tu fait pour arriver si vite ?

- C’est parce que nous sommes liés.

Julien recula d’un pas. Son rêve semblait devenir malsain, cependant, il demanda :

- « Lié » ? C'est-à-dire ?

- En fait… le vieil homme m’a dit que vous alliez arriver et que mon devoir était de vous protéger. Maintenant, nous sommes donc lié.

- Ha… ouais… J’ai rien compris !

- Laissez-moi vous conduire auprès du vieil homme. Il saura vous expliquer pourquoi vous êtes là.

- En attendant que je me réveille, suivons la folie de ce rêve, soupira le jeune homme en emboîtant le pas à Menel qui demanda, quelques minutes plus tard :

- De là où vous venez, est-ce que c’est très différent d’ici ?

Julien eut un petit sourire avant de répondre :

- Ha oui ! Genre par exemple, chez nous, les maisons volent.

- C’est vrai ? Mais c’est super !

- Absolument ! Et quand on veut se déplacer, inutile de marcher. On rentre dans une sorte de boîte et on se téléporte où on veut.

- Vraiment ???

- Oui. Enfin… c’est tellement différent d’ici que je n’aurai pas fini d’en parler si je commence.

Julien s’apprêtait à rire lorsqu’il rencontra le regard fasciné de Menel. Visiblement, celui-ci semblait croire tout ce qu’il venait de dire.

« Pour un rêve, j’aurai pu me trouver un guide un peu plus fini », songea le jeune homme en soupirant.

Durant plus de deux heures, Julien répondit des mensonges plus farfelus les uns que les autres, aux questions de Menel, qui, bien sûr croyait tout ce qu’il disait.

Finalement, ils arrivèrent devant une cahute et l’elfe y entra sans s’être fait annoncer. Là, drapé d’un linge couleur marron, un homme était assis sur une chaise, un énorme livre poussiéreux à la main.

- Je vous l’ai amené, murmura Menel en arrivant.

- Bien, bien, répondit l’homme d’une voix rocailleuse. Ainsi donc, c’est toi, rajouta-t-il à l’attention de Julien.

- Heu…

- Nous attendions ta venue, poursuivit l’homme qui semblait être plutôt âgé.

- Heu… je pense qu’il y a erreur sur la personne, se contenta de répondre Julien en opérant un repli, qui lui sembla stratégique, derrière Menel.

- N’aie pas peur, tenta de le rassurer l’homme.

- Mais je n’ai pas peur. C’est juste que…

- Il ne peut pas avoir peur, puisqu’il vient nous sauver, coupa Menel sans même s’en rendre compte.

- Tu as raison mon garçon, il est impossible qu’un héro ait peur.

- Absolument, renchérit Julien. Par contre, le héro que je suis, a besoin de manger. Alors, si ça ne vous ennuie pas, je vais vous laisser…, enchaîna-t-il avec un petit rire nerveux.

- Tu iras manger, mais plus tard. Avant, assieds-toi.

Réalisant qu’il n’avait pas vraiment le choix, le jeune homme s’installa sur une chaise, tout aussi poussiéreuse que le livre et se demanda vaguement si l’homme faisait le ménage chez lui.

- Je vous écoute, reprit Julien, lorsque Menel se fut installé à côté de lui.

- Avant toute chose, sache que si nous faisons rien, le monde va périr.

- Haaaaa…

- Je ne trouve pas cela amusant.

- Mais moi non plus. Continuez, continuez, je vous écoute.

- Nous ignorons pourquoi, mais les gnorkas qui étaient pourtant des êtres qui ne sortaient jamais de leur forêt ont commencé à nous attaquer.

- Ouais, je crois que j’en ai vaguement entendu parler.

- Il faut comprendre ce qui se passe et sauver le monde !

- Rien que ça ? Hé ben… j’ai déjà fait des rêves bizarres, mais celui-ci bat tous les records.

- Ce n’est pas un rêve. C’est la réalité, dit l’homme, très sérieusement.

- Mais oui, bien sûr. C’est bon ? Je peux y aller ?

- Va Julien, va.

Le jeune homme ne réalisa même pas qu’il ne s’était pas présenté. Après tout, c’était un rêve, alors pourquoi s’inquiéter de détails aussi insignifiants ?

- Le vieil homme est un sage, dit Menel lorsque tous deux furent sortis de la cabane.

- Mais oui, bien sûr. Et comme il dit des choses que le commun des mortels ne comprend pas, ça le rend encore plus… comment tu dis ?... ha oui ! « Sage », se moqua Julien.

- Qu’est-ce que vous n’avez pas compris ?
Interrogea l’elfe, le plus sérieusement du monde.

- Quoi ?

- Qu’est-ce qui vous a échappé ? Je peux vous l’expliquer si vous le souhaitez.

- Dis tout de suite que je suis idiot !

- Mais non, pas du tout. Vous ne pouvez pas être idiot. Sinon, ce ne serait pas vous qui auriez été choisi pour nous protéger.

- Comme tu dis ! Bon, allons manger. Je connais un petit resto où ils font de supers plats à emporter. Tu veux venir ?

- Je vous propose plutôt de m’accompagner.

- Tu m’invites ? Pourquoi pas ?

Menel eut un sourire et se dirigea vers un arrêt de bus.

« Tant qu’à faire d’être dans un rêve, pourquoi ne pas se téléporter ou voler pour arriver à notre destination… ça, c’est vraiment idiot ! », ragea Julien en s’asseyant sur un banc.

Lorsqu’un car arriva vers eux, l’elfe fit un signe de main afin de demander au conducteur de s’arrêter. Ce dernier stationna à l’effet prévu pour cela et laissa monter ses deux passagers. Menel sortit des billets et tous deux s’assirent dans le véhicule. Quelques minutes plus tard, Julien sentit la température ambiante descendre et reconnu la route du Guillaume. Cependant, lorsqu’ils descendirent à l’arrêt suivant, le jeune fut surpris par le changement de l’endroit. De petite maison semblait former le village, mais le plus surprenant était que ce fameux village était entouré d’une forêt luxuriante.

- Heu… on est bien au Guillaume ?

- Absolument. Vous avez étudiez le monde avant de venir ?

- Ouais… disons ça comme ça, répondit Julien en regardant de tous les côtés.

Menel mena le jeune homme vers une maison beaucoup plus grande que les autres, qui elle-même, jouxtait une immense demeure.

- Tu habites ici ?
Demanda Julien.

- Non, pas vraiment. En fait, je n’ai pas de maison.

- Pourquoi ça ?

- Parce que mes parents sont morts et en attendant de me marier, je n’ai pas de maison.

- Ho…

- C’est la maison de l’une de mes cousines.

- Menel !!!!!!!!!!!
Cria une jeune fille en sautant au cou de l’elfe.

- Aure… tu m’étouffes… arrête…

Relâchant son cousin, elle demanda :

- Qui est-ce ?

- Ha oui. Julien, voici ma cousine Aure. Aure, je te présente Julien. C’est… un ami.

- Salut, se contenta de dire la jeune femme.

- Heu… enchanté, répondit Julien, un peu surpris que Menel l’ait présenté comme étant un ami et pas comme étant un sauveur.

Semblant deviner ses pensées, Menel mit son doit sur ses lèvres afin de lui demander le silence.

- Vous avez faim ?
Demanda Aure en faisant signe à ses hôtes de la suivre.

- Oui. Et… il faudrait une chambre pour mon ami.

- Ca… ça ne va pas être possible. Mes parents reçoivent des invités. Tu sais, avec cette conférence qu’il y a eu, plusieurs amis de père ont demandé à passer la nuit ici.

- Effectivement, je n’y avais pas pensé.

- Mais je vais arranger ça. Je vais demander à Lóme de vous loger cette nuit.

- Lóme ?
Répéta Julien, s’incrustant finalement dans la conversation.

- Oui, c’est un ami. Pourquoi, tu le connais ?

- On peut dire ça comme ça. En fait, je viens de le rencontrer.

- Comme on dit, le monde est petit.

Julien eut un sourire et s’assit à une table lorsque Aure le lui proposa. Puis, quelques minutes plus tard, il vit des plats garnis arriver. Menel eut un sourire en voyant son air réjouit à l’idée de manger. Le héro qui venait de leur arriver était des plus singulier…

Je m’appelle Julien, Julien Germain. Je viens d’avoir un accident et je suis en plein rêve…

 

Fin du deuxième chapitre

 

A suivre…

Commencé et achevé le 02 juin 2009

 

Note de fin de chapitre : Perso, j'aime bien la façon dont j'ai présenté le vieil homme. lol
Naëlle

 

Si vous voulez m'écrire un petit mot au sujet de ce chapitre, rien de plus simple, vous n'avez qu'à remplir ce petit "formulaire" ^_^
Vous n'êtes pas obligé de remplir tous les champs, mais sachez que sans votre adresse e-mail, je ne pourrai pas vous répondre ^_~

 

Lorsque vous cliquerez sur "envoyer", veuillez attendre, vous allez être automatiquement redirigé ici au bout de 5 secondes. Par contre, vous verrez de nouveau ce que vous avez écrit, mais si sur la page précédente c'était noté "Envoi de mail réussi.", c'est que c'est tout bon, vous pouvez continuer à surfer tranquillement, j'aurai votre message ^_^

 

FORMULAIRE

Votre nom :

Votre prenom :

Votre e-mail :

Votre message :

 

 

 

 

 

Chapitre 03

 

Retour à la page des histoires originales