Auteur: Naëlle
Mail:
naelle@lartisan.net
Titre: Pour l'amour d'un enfant

 

Note : Pour ceux qui vont reprendre la lecture de cette histoire après une longue pause, voici un très long résumé de ce que nous savons déjà. Pour ceux qui se souvienne bien du début, n'hésitez pas à sauter tout le passage "où en sommes nous ?" (sur mon site).

 

 

 

Pour l’amour d’un enfant

(Chapitre 12 : Matthew)

 

 

 

- Je t’ai déjà dit non, il me semble !

- Mais maman, papa est d’accord !

- Oui, mais il t’a quand même dit de me demander et c’est non !

- Mais maman…

- Bonsoir tout le monde, salua Matthew d’une voix forte afin de couper court à l’échange entre la mère et la fille.

- Bonsoir mon chéri.
Lui répondit madame Grava.

Le jeune homme sourit à la femme alors que Jessica passait à côté de lui, furieuse, pour aller s’enfermer dans sa chambre.

- Que se passe-t-il ?
Demanda-t-il alors.

- Rien… elle veut sortir demain soir et je ne suis pas d’accord.

- Elle veut aller où ?

- Voir Valérie.

- Mais alors, où est le problème ? Elle est déjà souvent sortie avec elle, c’est sa meilleure amie, et ça fait quand même plus de quatre mois qu’elles ne se sont pas vues.

- Je sais, je sais…

Madame Grava retourna à ses marmites avant de reprendre :

- Le problème c’est que Valérie l’a invitée à aller en boîte de nuit et qu’il y aura une majorité de garçons…

- Ha… je vois…

- Donc, j’ai dit non ! Et je n’ai pas l’intention de revenir là-dessus !

Matthew ne répondit et sortit de la cuisine.

- Mat.

Jessica venait ressortir de sa chambre et s’approcha du jeune homme.

- Non Jessica, je n’interviendrais pas en ta faveur.

L’adolescente sourit et secoua la tête.

- Je n’allais rien te demander. De toute façon, je sais très bien que tu ne dis jamais l’inverse de maman.

Le jeune homme sourit à son tour et ne répondit pas avant d’entrer dans sa chambre, suivit de la jeune fille.

- Alors ? Tu voulais me demander quelque chose ?

- Oui… mais…

- … ?

- En fait, je voudrais savoir, pour le mariage…

- Tu veux que je te donne mon avis sur ta robe ?

Jessica se mit à rire avant de reprendre très sérieusement.

- Non, pour la robe, je pense que ça ira. N’aie pas peur, je ne ferai pas honte à mon grand frère chéri.

- …

- Ce que je voulais savoir, c’est si… si ton… si ton père viendra…

Matthew détourna la tête avant de murmurer :

- Je n’en sais rien…

- Mat.

- Hum ?

- Je ne veux pas influencer ton choix dans le fait que tu l’invites ou non, simplement… s’il est présent, je ne viendrai pas…

- Tu ne peux pas me faire ça…

- Mat… Je ne supporterai pas qu’il te fasse le moindre commentaire… si ça devait être le cas, je risquerai de faire un scandale et je ne veux pas gâcher ce jour.

Jessica lui adressa un tendre sourire et ressortit de la chambre. Matthew ne bougea pas durant plusieurs secondes, puis sortit à son tour.

- Maman.

Madame Grave se retourna vers le jeune homme, sachant très bien que quelque chose n’allait pas… Il était si rare qu’il l’appelle « maman ».

- Que se passe-t-il ?
Lui demanda-t-elle lorsqu’il entra dans la cuisine.

- Je ne sais pas quoi faire…

- Explique-toi.

- Si j’invite mon père… vous viendrez ?

Madame Grava regarda le jeune homme quelques secondes avant de se retourner et lui répondre tristement :

- Je ne sais pas…

- Maman…

- Marianne ?

Monsieur Grava venait d’entrer dans la cuisine.

- Oui ?

- Que se passe-t-il avec Jessica ? Elle est en train de mettre la table en faisant la tête.

- Je lui ai dit « non » pour aller avec Valérie.

- Ha…

Matthew sortit discrètement de la cuisine et alla aider Jessica à mettre la table.

- Que se passe-t-il ?
Demanda finalement Michel Grava à sa femme, voyant que quelque chose semblait la contrarier.

- Mat vient de me demander si nous viendrions à son mariage s’il invite son père…

- Et que lui as-tu répondu ?

- Je n’ai rien dit… Mais je ne suis pas sûre de pouvoir supporter de voir cet homme !

- Moi non plus, mais… nous allons devoir faire un effort. Nous n’avons pas le droit de ne pas aller au mariage de notre fils, n’est-ce pas ?

Marianne adressa un sourire à son mari.

* * * * *

Romain écoutait son ami, tout en cherchant une façon adéquate d’amener la conversation à lui parler de ce que Matthew lui avait dit. Cependant, malgré son envie d’en savoir plus, il devait bien se l’avouer, il avait un peu peur de ce que pourrait lui apprendre Franck.

- Romain ? Tu es sûr que tu m’écoutes ?

- Heu… oui, oui, bien sûr ! Continue, je t’en prie.

Franck doutait fort que son ami lui prête vraiment toute son attention, cependant, il continua, mais moins de deux minutes plus tard, Romain l’interrompit :

- J’ai vu Matthew tout à l’heure !

Franck eut un sursaut en entendant cela : la scène avec Jason, lui revenant en mémoire. Cependant, il essaya de dissimuler son malaise et demanda :

- Et alors ?

Romain, s’était très bien aperçu du trouble de son ami lui répondit :

- On en parlera plus tard.

Il ajouta à sa phrase un mouvement de tête en direction de Rémi qui mangeait son repas… il n’avait aucune envie que l’enfant entende quoique se soit de la conversation qui risquait d’être houleuse.

- D’accord…

 

* * * * *

 

- Jess ?

La jeune fille sortit la tête de sa chambre avant de demander :

- Qu’y a-t-il ?

- Je peux te parler ?

Pour toute réponse, elle se contenta de se pousser et de laisser Matthew entrer dans sa chambre.

- Que se passe-t-il ?
Lui demanda t-elle une fois qu’il se fut assis sur le lit.

- Tu veux que je t’accompagne demain ?

- ?

- Si tu veux, je viens avec toi pour que tu puisses aller voir Valérie.

- Tu ferais ça ???

- Oui, mais il y a une condition !

- Laquelle ?

- Tu restes avec moi et on est de retour à la maison avant une heure du matin.

- Maman est d’accord ?
Demanda l’adolescente avant de répondre.

- Oui, je viens de lui demander et la condition de l’heure, c’est elle.

Jessica ce rapprocha du jeune homme et déposa un baiser sur sa joue.

- Merci !

- Pour les conditions, tu es d’accord ?

- Aucun problème, je ferai ce que vous voulez… et je serai sage comme une image.

Matthew se mit à rire devant l’air exagérément sérieux que venait d’adopter la jeune fille.

- Bien, dit-il alors en se relevant. Maintenant que tout est réglé de ce côté, je vais passer un petit coup de fil à Julie et ensuite, je dors… je suis crevé.

- Bonne nuit, lui répondit Jessica avant qu’il ne franchisse le seuil de sa porte.

- Merci.

- Heu… Mat ?

- Oui ?

- Je voulais te dire… depuis plus de cinq ans, maintenant, j’ai arrêté de dire que je suis enfant unique.

Matthew adressa un chaleureux sourire à la jeune fille, devant sa charmante et touchante déclaration.

* * * * *

 

- Franck, où vas-tu ?

- Mais je rentre chez moi. Bonne nuit Romain.

- Att…
le reste du mot mourut dans la bouche du jeune homme, car son ami avait déjà refermé la porte. De toute évidence, Franck refusait toute confrontation avec lui… ce qui se passait était-il si grave ? Romain ne pouvait s’empêcher de se le demander et de s’en inquiéter.

 

* * * * *

 

- … et elle est d’accord que tu l’accompagnes ?

- En fait, comme je te le disais tout à l’heure, elle n’a pas tellement le choix. C’est ça où elle ne peut pas y aller.

- Oui, c’est vrai… et puis ça va, elle aime bien sortir avec toi, en plus.

A présent que Matthew avait raconté à sa fiancée la petite histoire de la soirée et qu’ils avaient épuisé le sujet, tous deux étaient silencieux.

- Julie, reprit le jeune homme deux ou trois minutes plus tard.

- Oui ?

- … est-ce que… est-ce que ça t’embête si on invite mon père ?

Julie fit une pause de plusieurs secondes avant de répondre :

- C’est ton père… c’est à toi de décider.

- Merci…

-

- Julie ?

- Oui ?

- Je t’aime.

- Moi aussi, lui répondit la jeune fille en rougissant.

- Je vais te laisser et aller me coucher. Bonne nuit.

- Bonne nuit, bisous.

- Bisous.

Matthew raccrocha le téléphone et ressortit de sa chambre afin d’aller poser l’appareil sur son chargeur.

 

* * * * *

 

- Dépêche-toi, tu vas être en retard !

- Mais…

Romain n’eut pas le temps de continuer à protester car il venait de se retrouver mis à la porte de son propre appartement. Il se décida donc à rejoindre l’Université.

Franck soupira de soulagement lorsqu’il vit son ami s’éloigner. De toute évidence, celui-ci avait très bien compris qu’il avait fait exprès d’arriver juste avant son départ afin qu’ils n’aient pas le temps de discuter.

 

* * * * *

 

- Romain !!!!

Julie accourut vers son ami.

- Julie, du calme, que se passe-t-il ?

- Rien, mais comme Franck mais comme tu étais malade, j’étais inquiète. Alors, comment vas-tu ?

- Très bien, rassure-toi… Franck est une vraie mère poule.

Romain se mit à rire très vite imité par son amie. Tous deux aimaient Franck et c’est pour cette raison qu’il se permettait de parler de lui de cette façon, car de toute façon, leur ami était ce qu’il était.

- Au fait, reprit Julie alors qu’ils se dirigeaient tous les deux vers leur bâtiment, est-ce que tu sais ce qui se passe avec Franck ?

- Non, de quoi parles-tu ?

- Je ne sais pas, hier, je l’ai trouvé un peu bizarre toute la journée.

Romain ne put s’empêcher de saisir cette occasion de savoir si son ami allait bien toujours ne cours.

- Julie, dis-moi.

- Hum ?

- Est-ce que Franck vient toujours en cours ?

La jeune fille regarda son ami sans vraiment comprendre.

- Ben oui… pourquoi ?

- Comme ça, je me posais la question, c’est tout.

- …

L’étudiant lui adressa un sourire afin qu’elle ne s’inquiète pas.

- Heu… Romain…

- Oui ?

- Quand je suis sortie de chez toi il y a quelques jours, il y avait…

- Romain !!!!!!

Julie fut coupée dans sa phrase par un copain du jeune homme qui arrivait en courant.

- John, que veux-tu ?

- Viens, lui répondit l’autre jeune, il faut que je te présente ma copine !

- Mais… J’ai cours…

- Tu iras un peu plus tard !

- Atten…

Romain n’eut pas le temps de protester, car il était déjà entraîné par John.

- A tout à l’heure, lui dit alors Julie en lui faisant un petit signe de la main. Elle n’avait pas pu lui parler de Jason, cependant, elle n’y pensa plus en continuant sa route, pensant que ce n’était pas très important.

 

* * * * *

 

- Ca ne va pas ma chérie ?

Julie releva la tête de son repas et regarda son père avant de soupirer.

- Pas trop…

- Qu’y a-t-il ?
Le père de Julie, un homme d’un peu plus de cinquante ans, regardait sa fille avec beaucoup de tendresse en attendant qu’elle lui confie ses soucis, comme elle avait l’habitude de le faire.

- C’est Mat…

- Tu as un problème avec ton fiancé ?

- Mais non !!!

L’homme sourit, devant l’air outré que venait d’adopter sa fille.

- Alors ? Que se passe t-il ?
Redemanda t-il.

- … il veut inviter son père à notre mariage…

- Ha…

- Tu vois papa, ça ne me dérange pas qu’il vienne, après tout, je ne le connais même pas, mais…

- Je te comprends. Mais pour ton fiancé, son père reste son père.

- Pourtant… je pensais qu’il considérait vraiment la famille Grava comme sa famille.

- Et alors, ça ne change rien.

- Et bien… je pensais que…

- « Que » ?
L’encouragea son père.

- Non, en fait, rien. Je ne sais pas trop… je ne peux pas comprendre, je pense.

Le père de la jeune fille sourit gentiment.

- Je pense qu’il est le seul à pouvoir décider un jour définitivement de ce qu’il veut. Et toi, ma chérie, il faudra que tu sois là pour le soutenir et surtout, lui montrer que tu l’aimes.

- Je crois qu’il le sait, lui répondit la jeune fille en rosissant.

- …

- Papa ? A quoi tu penses ?

- A rien…

- Allez, dis-moi !

- Je pensais juste qu’un homme me vole ma fille.

La jeune fille se mit à rire. Pour elle, cela ne changerait rien, qu’elle soit mariée ou non, son père resterait toujours son père et leur amour ne serait en aucun cas altéré, cependant, son père, lui, voyait une différence. Il allait devoir se passer de ces soirées qu’ils avaient pris l’habitude de passer tous les deux depuis son divorce avec sa femme. Alors qu’elle recommençait à manger son escalope, il regarda sa fille. Il devait se rendre à l’évidence, ce n’était plus une enfant ou une adolescente avec qui il passait tous ses vendredis soirs. Il y avait longtemps qu’elle sortait avec Matthew, à présent, et le jeune homme avait souvent été le sujet qui avait alimenté leurs repas en tête à tête, cependant, penser que son seul trésor allait se marier donnait un pincement au cœur à ce père.

- Papa.

- Oui ?

- Ne me regarde pas comme si j’allais partir loin !

- …

- Pense que quand tu auras des petits-enfants, tu pourras les faire jouer comme tu me faisais jouer quand j’étais toute petite.

L’homme sourit une nouvelle fois. Pour sa fille, tout semblait si simple…

 

* * * * *

 

Lorsque Jessica et Matthew entrèrent dans la boîte de nuit, celle-ci était déjà bondée. Matthew avait noté que la sécurité n’était pas des mieux, car il n’avait même pas eu besoin de parlementer pour que Jessica puisse entrer avec lui alors qu’elle était mineure. Le jeune homme regarda autour de lui. Cela faisait très longtemps qu’il n’était pas entré dans ce genre d’endroit. Il sourit en pensant qu’à une époque, il y passait au moins trois ou quatre soirs par semaine. Cependant, il n’avait pas l’impression que cette ambiance lui manquait.

- Mat ?

- Oui ?

- On fait quoi ? Je te signale que tu es sur pause depuis plusieurs minutes.

- Ha… désolé !

Les deux jeunes s’avancèrent à travers la foule afin de rejoindre Valérie, installée dans un coin avec des amis, qui leur faisait de grands signes.

Une fois arrivés près d’elle Jessica et Matthew échangèrent bises et poignées de main avec les autres.

- Je croyais que ton amie n’avait pas de copain.
Fit remarquer une fille à Valérie alors que les deux nouveaux arrivants s’installaient.

- Mat n’est pas mon petit ami. C’est mon frère.
Dit alors Jessica, empêchant sa meilleure amie de répondre.

- Ha bon ? C’est ton frère ? Reprit une autre. Je ne m’y attendais pas…
La fille venant de parler commençait à essayer de faire du charme au jeune homme en papillonnant des yeux. Cependant, tout ce qu’elle obtint fut un regard impassible du jeune homme.

- Déjà pris ?
Demanda t-elle alors.

- Oui, déjà pris !!!!

Jessica venait de répondre plus qu’agressivement et Matthew lui lança un regard lui demandant implicitement de se calmer. La jeune fille avait tendance à être beaucoup trop impulsive dès qu’il s’agissait de lui.

Valérie sentit que la situation devenait tendue et se mit à parler de choses et d’autres, tentant de détendre l’atmosphère afin que chacun se sente au moins un minimum à l’aise.

Plus de deux heures s’écoulèrent sans aucune autre altercation d’un genre quelconque jusqu’à ce qu’ils abordent le sujet de la famille.

Jessica reprenait des cacahuètes lorsque chacun se mit à discuter un peu de sa famille respective.

- Et ton frère, Valérie, il est mignon ?

- Il est un peu jeune pour toi, répondit la jeune fille en riant devant l’air intéressé que venait d’adopter l’une de ses amies.

- Ho ? Dommage !
Répondit celle-ci faisant mine d’être très contrarié.

- Mais, tu n’en aurais pas d’autres en stock ?
Demanda une autre fille.

- Non, répondit Valérie sans sourciller, je n’ai qu’un frère et deux sœur.

- Et Franck ?
Laissa échapper malgré lui Matthew.

- Qui est Franck ?
Demanda l’un des garçons présents.

Valérie lança un regard noir et lourd de reproche en direction de Matthew avant de répondre avec désinvolture :

- Ce n’est personne !

Jessica regarda son amie quelque peu surprise, tout d’abord, puis sans que personne ne comprenne pourquoi, c’est une colère sans nom qu’elle laissa éclater.

- Comment peux-tu dire une chose pareille ???

- Jess…

- Franck est ton grand frère et tu oses dire que ce n’est personne ! C’est… c’est…

- Jess, calme-toi. Matthew s’était rapproché de l’adolescente qui était à présent debout devant sa meilleure amie.

- Mais je suis calme !
Répondit-elle en se retournant vers celui qu’elle considérait comme son frère.

- …

- Valérie ! Comment peux-tu dire que ce n’est personne ???

- Ce garçon n’est pas mon frère… d’ailleurs, peut-on dire « garçon » pour…

- Fais attention à ce que tu vas dire !

Cette fois-ci, Matthew sentait lui aussi la colère monter en lui. Il savait ce que valait Franck, pour l’avoir pas mal côtoyer. Comment sa propre sœur pouvait-elle parler de lui de cette façon ?

- Vous ne le connaissez pas !
Reprit Valérie.

- Tu te trompes ! Lui répondit Matthew. Nous le connaissons, et visiblement, beaucoup mieux que toi !

Il allait rajouter autre chose, mais Jessica tentait de rejoindre la sortie à travers la cohue. Aussi, laissa t-il Valérie et partit-il rejoindre l’adolescente.

 

* * * * *

 

- Jess, calme-toi !

Cela faisait plus d’un quart d’heure qu’ils étaient en voiture, et la jeune fille bouillonnait intérieurement, ce qui n’échappa pas à Matthew.

- … tu te rends compte comment elle parle de son frère ?

- …

- Moi, jamais je ne ferais une chose pareille !

- …

- Elle ne l’aime pas ?

- …

- Mat !

- Hum ?

- Tu crois qu’elle ne l’aime pas ?

- Je ne sais pas…

- C’est son frère pourtant ! Comment…

- Ca suffit !

- ?

- Je ne sais pas si elle l’aime ou pas. Et ce n’est certainement pas moi qui irais demander à Franck si sa sœur l’aime.

- … Mat…

- Quoi ?

- Si tu étais comme Franck, moi je t’aimerais quand même.

- Merci.

Le reste du trajet s’écoula en silence. Matthew se rendait de plus en plus compte que la jeune fille tenait vraiment à lui. Cette pensée le rendait vraiment très heureux. 

* * * * *

 

Romain se retourna dans son lit, se demanda ce que pouvait bien vouloir cet homme installé devant son immeuble. Il ne l’avait jamais vu, et il ne lui semblait pas qu’il venait d’emménager. Non, il avait plutôt l’air de chercher quelque chose. Cependant, ce qui l’avait le plus intrigué, c’était le regard étrange qu’il avait posé sur lui. Romain avait tenté de le déchiffrer, mais il n’avait pas pu. Sans savoir pourquoi, il associa le garçon à Franck… pourtant, il n’y avait aucune raison.

 

* * * * *

 

Franck ne parvenait pas à trouver le sommeil. Quelques minutes plus tôt, il avait entendu Valérie rentrer. A la façon dont elle avait claqué la porte de sa chambre, il s’était dit qu’elle avait dû être contrarié par sa petite soirée. Cependant, ce qui l’inquiétait le plus, c’était que son frère s’était renfermé encore un peu plus sur lui-même sans qu’il n’arrive à lui faire dire ce qui n’allait pas. Ajouté à cela la vue de Jason en descendant de chez Romain, Franck n’en doutait pas, sa nuit ne serait pas peuplée de jolis rêves. Il savait qu’il n’avait aucun compte à rendre à son meilleur ami, surtout pour le passé, mais la pensée que Romain pourrait lui parler de ses anciennes aventures… non, il ne voulait pas y penser. Il avait bien trop peur d’être rejeté par ce dernier.

 

* * * * *

 

Marius avait envie de se relever et d’aller voir son frère. Cependant, compte tenu de l’heure, il se dit que ce n’était peut-être pas une très bonne idée. Il risquait de le réveiller et il savait très bien que le lendemain, il avait cours. Cependant, il avait besoin de parler à quelqu’un… il voulait parler de ce qu’il avait vu… il voulait qu’on lui dise ce qu’il devait faire.

 

Fin du douzième chapitre

A Suivre…

 

Chapitre commencé le 09 janvier et achevé le 26 janvier 2004
Chapitre mis en ligne pour la seconde fois, après correction le 14 février 2012

 

Note de fin de chapitre : Bon... c'est vrai que ne quasiment pas voir Romain et Franck, ça fait un peu bizarre, mais personnellement, j'aime beaucoup le personnage de Matthew. Et vous ? L'appréciez-vous ? J'attends vos impressions ^.^

 

 

Si vous voulez m'écrire un petit mot au sujet de ce chapitre, rien de plus simple, vous n'avez qu'à remplir ce petit "formulaire" ^_^
Vous n'êtes pas obligé de remplir tous les champs, mais sachez que sans votre adresse e-mail, je ne pourrai pas vous répondre ^_~

 

Lorsque vous cliquerez sur "envoyer", vous allez arriver sur une page sur laquelle il sera noté "mail envoyé". Vous pouvez revenir en arrière sans crainte, j'aurai votre message :)

Merci pour vos commentaires ^____^

 

FORMULAIRE

Votre nom :

Votre prenom :

Votre e-mail :

Votre message :

 

 

 

Chapitre 13

 

Retour à la page des histoires originales