Auteur: Naëlle
Mail: naelle@lartisan.netSUPPRIMEZ LA PARTIE EN MAJUSCULE

Titre: Loup apprivoisé

 

Note : Bonjour tout le monde !

Hé oui, c’est bien la suite de « loup apprivoisé » que vous allez pouvoir lire. Il m’aura fallu quasiment un an pour boucler ce chapitre (vous verrez les dates en bas de la page). Mais je m’accroche, je m’accroche !!!! Et si je le fais, c’est en grande partie pour vous ^_^ Alors, encore une fois, laissez-moi vous remercier pour vos nombreux encouragement !!!!

Ce chapitre n’est pas très long, il ne se passe pas énormément de chose, mais promis, le prochain chapitre arrivera bientôt :-)

 

* -- * -- * -- * -- *

Souvenez vous :

 

Lang : Adolescent se transformant en loup lorsqu’il s’énerve ou qu’il a peur, il est très protecteur vis-à-vis de Claude. Il a aussi un caractère exécrable et peut faire preuve d’une douceur étonnante avec certaine personne. Elève brillant, il n’hésite pas à se servir de son statu de « privilégié » au sein de l’école pour obtenir ce qu’il veut. Depuis sa rencontre avec Anita, il a de plus en plus envie de la comprendre.

Claude : (Il vient d’avoir 15 ans) Garçon calme et gentil, il s’est beaucoup attaché à Lang. Depuis le début, tout le monde se doute qu’un mystère l’entour sans qu’il le sache, mais à présent, une partie de l’énigme est résolue : il se transforme en fille.

Margueritte et James : Jumeaux, se sont les meilleurs amis de Claude. Ils étaient venus dans la même école que notre héro pour que celui-ci ne se sente pas seul, mais à présent, voyant qu’il n’a plus vraiment besoin d’eux, ils sont retournés dans leur ancien collège.

Gaël : Entièrement dévoué à Bing Quing, il est attaché à la protection de Lang, sans que celui-ci le sache. Pour ce faire, il est prêt à utiliser tous les moyens possibles. Il a d’ailleurs même tiré sur un homme il y a peu. Dans l’école dans laquelle se déroule l’action, il est infirmier et a rencontré Anita.

‘L’amnésique’/Brice : Un homme qui était sur la trace de Lang. Mais il a perdu la mémoire à la suite de sa blessure par balle infligé par Gaël. Il semble d’ailleurs connaître celui-ci. Durant son séjour à l’hôpital, Heng l’a épargné et Bing Quing lui a proposé de rejoindre ses troupes. Il a prit le prénom de « Brice » et est très gentil.

Bing Quing : Personnage mystérieux qui veut à tout prix protéger Lang. Et cela, sans que l’adolescent ne le sache. Gaël est à son service et ce n’est pas la seule personne à œuvrer dans l’ombre pour protéger le fils adoptif de Mei à qui cet étrange personnage semblait très attaché.

Anita : Fille de monsieur Harnois (le professeur de mathématique). Elle vient de se rendre compte qu’elle est enceinte. Lang semble attiré par l’adolescente

 

* -- * -- * -- * -- *

 

 

Loup apprivoisé

 

Deuxième partie : Mon compagnon de chambre est ma petite amie

 

 

Chapitre XXV

** Envie de savoir quelque chose d’unique **


 

 

- On a vraiment eut de la chance que Madame Birmanya accepte que je sorte.

Lang eut un sourire en repensant à sa conversation avec leur professeur principale. Il l’avait presque supplié pour qu’elle accepte que Claude vienne avec lui voir un film qu’il ne voulait pas rater. Finalement, elle n’avait finit par être d’accord qu’après avoir décidé de les accompagner elle-même et leur avoir fait promettre qu’ils l’attendraient (sagement) devant le cinéma lorsque la séance serait terminée.

- Au fait, pendant le film, tu voulais me demander quelque chose, dit soudain Lang.

- Ha oui, c’est vrai. Le garçon qui a été adopté.

- Alphonse, oui ?

- Il reste très réservé avec ses parents. Je me suis demandé… toi, tu étais comment avec les tiens ?

- Comment j’étais ?... hé bien… normal, je dirais.

- « Normal » ?

- Oui, naturel, quoi. Pourquoi ?

- Hum… J’ai déjà attendu Margueritte s’énerver contre ses parents. Ca t’est déjà arrivé aussi ?

- Evidemment.

Pour Lang, ce genre de comportement était normal dans une famille, par contre, pour Claude, bien que la sienne soit liée par le sang, ça ne l’était pas.

- Tu sais, j’ai eu une relation avec mes parents qui n’avait rien à voir avec celle que tu as avec les tiens, rajouta Lang, quelques secondes plus tard.

- Laquelle est la mieux ?
Demanda Claude, sans croiser le regard de son ami.

Lang allait répondre lorsque son attention fut attirée par autre chose.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
Interrogea Claude.

- C’est l’odeur d’Anita. Je reviens, rajouta l’adolescent en commençant à s’éloigner.

- Quoi ? Lang, attends-moi, appela Claude en suivant son ami.

Lang ralentit un peu afin de permettre à Claude de le rattraper, puis, ensemble, ils se mirent à courir. Quelques minutes plus tard, les adolescents s’arrêtèrent.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
Demanda Claude, ne comprenant pas la raison de cet arrêt soudain.

- Elle est là, murmura son ami.

Le plus petit des deux regarda dans la même direction que Lang et aperçut une très jolie jeune fille. Il se souvenait d’ailleurs l’avoir vu la veille, lorsqu’elle les avait interrompus en cours.

- Qui est-ce ?
Demanda-t-il.

- La fille de monsieur Harnois.

Lang attendit quelques secondes supplémentaire, puis, interpella l’adolescente. Anita se retourna et lui adressa un petit sourire avant de venir vers les deux garçons.

- Qu’est-ce que tu fais là ? Et… qui est-ce ?
Rajouta la jeune fille en désignant Claude.

- Nous sommes allé voir un film. Et je te présente Claude Gaumont. C’est…

- Le garçon qui a fait le mur pour aller voir sa mère, coupa Anita.

L’adolescent rougit violemment. Il ne se doutait pas qu’on pouvait connaître son nom, et encore moins parce qu’il avait fait une bêtise.

- J’ignorais que vous étiez amis, reprit l’adolescente en dévisageant les deux collégiens.

- Nous dormons dans la même chambre, indiqua simplement Lang.

Entendant cette dernière remarque, Claude fut choqué. Il croyait pourtant que Lang et lui étaient devenus amis. Alors pourquoi celui-ci insinuait-il implicitement que ce n’était pas le cas ?

- D’où viens-tu ?
Demanda soudain Lang, sortant Claude de ses pensées.

- De l’hôpital. Je suis allée voir ma mère.

- …

Anita comprit que l’adolescent voulait en savoir plus, cependant, elle se contenta de passer une main sur sa joue et s’en alla. Claude la regarda faire et c’est avec surprise qu’il s’aperçut que Lang la laissait faire comme si de rien n’était. Puis, voyant le regard vide qu’avait son ami lorsque la jeune fille partit, il demanda :

- On ne la suit pas ?

- Si ! Je veux savoir ce qu’elle veut faire.

Les deux garçons allaient se remettre à courir lorsqu’ils furent interpellés.

- Dites donc vous deux. Vous avez encore fait le mur ?

Se retournant pour faire face à Valentine, Claude et Lang échangèrent un regard et retournèrent au pas de course vers l’entrée du cinéma.

- J’avais complètement oublié, ragea Lang.

- …

- Si madame Birmanya s’énerve, surtout, laisse-moi parler.

- …

- Bon… visiblement, tu as perdu ta langue alors ma demande semble assez superflue.

 

:::::::: * :::::::: * :::::::: * ::::::::

 

Lorsqu’elle arriva devant le cinéma, l’enseignante littéraire trouva ses deux élèves qui l’attendaient.

- Le film était vraiment très bien, dit Lang en montant dans la voiture.

- Je suis ravie de l’apprendre. Et toi Gaumont, tu as aimé aussi ?
Demanda la femme en remontant ses lunettes sur son nez.

- Oui, se contenta de répondre l’adolescent.

- Quel enthousiasme, fut la seule remarque de la femme.

De son côté, Valentine rejoignit Denis. Ce dernier l’accueillit avec un immense sourire.

- Où veux-tu aller ?
Demanda-t-il lorsque sa petite amie arriva.

- Je ne sais pas.

- Un problème ?

- Je viens de voir Lang et Claude.

- Et ?

- Je ne sais pas… j’ai l’impression que…

Le jeune homme coupa l’adolescente en prenant son visage entre les mains avant de lui murmurer :

- Arrête de te prendre pour leur mère. Mais si tu es trop inquiète pour eux, je veux bien que tu t’en occupes, mais pas aujourd’hui, car, cette journée est…

- Je sais, je sais, cette journée est à nous deux et rien qu’à nous deux. Je n’ai pas oublié, rajouta Valentine avec un sourire tendre.

 

:::::::: * :::::::: * :::::::: * ::::::::

 

Claude posa son stylo et fixa Lang. Celui-ci, comme à son habitude, était installé sur son lit, un roman à la main. Mais se sentant observé, il releva les yeux de sa lecture.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
Demanda-t-il.

- Où sont tes parents ?

- Quoi ?

- Je veux savoir où sont tes parents. Toi, tu sais tout de moi, alors, j’aimerai en savoir un peu plus.

- Qu’est-ce qui te prend ?

- Rien, je voudrai juste… en savoir plus sur toi…

- Je trouve que tu en sais déjà suffisamment, répliqua l’adolescent au regard sombre.

- …

- C’est sûr, quoi ! Tu crois qu’il y a beaucoup de gens qui savent que me transforme en loup ?

Claude attendit quelques secondes avant de murmurer :

- Valentine le sait…

Lang posa son livre et s’assit sur son lit.

- Mais qu’est-ce que tu veux à la fin ? Et puis, pourquoi tout à l’heure tu semblais avoir perdu ta langue et maintenant tu veux que je te parle de moi ?

- …

- Réponds !
S’énerva Lang.

Claude baissa la tête. Comment pourrait-il faire comprendre à son ami qu’il était jaloux quand il s’apercevait que des gens le connaissaient mieux que lui-même ?

- Alors ?
Insista Lang.

- … tu vas te moquer, chuchota le jeune homme.

- Dis toujours.

- … je… je voudrai… que… que tu me dises quelque chose… que personne ne sait… que…

- Tu veux que je te confie un secret ?

- … oui…

- Ok.

Claude releva les yeux, heureux à la perspective de savoir quelque chose de particulier sur Lang.

Le préféré des professeurs, lui, inspira profondément avant de reprendra la parole :

- Depuis que je suis arrivé dans cette école, depuis que nous nous sommes rencontrés, petit à petit, je t’ai fait part de grands secrets m’entourant. Et à l’heure actuelle, je pense que tu es la personne qui en sait le plus sur moi. Alors, si tu veux savoir quelque chose de plus que les autres, retiens bien ça : il n’y a personne qui en sache autant sur moi que toi.

- …

- Et si ce que je viens de te confier ne te satisfait pas, tant pis pour toi, parce que je n’en dirai pas plus.

Claude ne répondit pas tout d’abord, puis, avec un sourire, il rejoignit son bureau.

 

:::::::: * :::::::: * :::::::: * ::::::::

 

Anita se retourna dans son lit. Elle n’avait pas encore décidé de la marche à suivre, et ce n’était certainement pas son père, qu’elle entendait préparer son prochain cours dans la pièce voisine, qui l’aiderait à y voir plus clair.

 

:::::::: * :::::::: * :::::::: * ::::::::

 

Gaël regardait par la fenêtre de sa chambre. Il se demandait ce que Bing Quing pouvait bien faire. Est-ce que cette personne pour qui il donnerait sans réfléchir sa vie, aimait autant que lui-même regarder les étoiles ?

- Qu’est-ce que tu fais ?

Gaël sursauta et rencontra le regard de Brice.

- Qu’est-ce que tu veux ? On ne t’a jamais appris à frapper avant d’entrer dans une chambre ?
S’énerva le jeune homme.

- La porte était grande ouverte, indique simplement l’autre avec un sourire.

- Mouais, sans doute. Alors, qu’est-ce que tu veux ?

- Je… j’allais sortir. Alors je me suis dis que tu voudrais peut-être m’accompagner.

- Tu vas sortir ?

- Oui. J’ai envie d’aller prendre un verre dehors. Alors, tu viens avec moi ?

- Non… je dois rester ici. Si jamais il arrivait quelque chose à Lang, il faut que je puisse intervenir.

Brice eut un nouveau sourire avant de faire remarquer :

- Tu as l’air de beaucoup tenir à cet enfant.

Gaël détourna le regard avant de répondre :

- J’applique les ordres de notre chef, c’est tout.

- Vraiment ? Pourtant… quand tu parles de ce garçon, ton regard s’adoucit… c’est d’ailleurs le seul moment où tu as ce regard.

Gaël se retourna vers l’homme et, un sourire énigmatique aux lèvres, il expliqua :

- Je n’ai pas toujours été comme ça. J’étais un enfant très joyeux. Mais la personne que j’aimais le plus au monde m’a trahi. C’est sans doute grâce à cette personne que je suis aujourd’hui l’homme que je suis, termina-t-il en se retournant une nouvelle vers la fenêtre.

- Tu lui as dit ?
Interrogea Brice.

- Dire quoi ?
S’étonna Gaël en reportant son attention sur l’autre.

- Tout ce que tu as sur le cœur. Est-ce que tu lui as dit ?

- Pourquoi cette question ?

- Comme ça. Parce que j’imagine que lui dire t’aurai fait beaucoup de bien.

- …

- Enfin… ça, c’est que je dis. Mais je ne sais même pas qui je suis, alors je suis peut-être mal placé pour faire la morale aux gens.

- Alors ne la fait pas !
Dit agressivement Gaël.

- Si je me suis permis de te la faire, c’est parce que je trouve dommage que tu renfermes toutes cette haine en toi alors que tu as l’air d’avoir tant d’amour à donner.

- …

- Allez, j’y vais. A tout à l’heure.

Gaël entendit la porte se refermer et plusieurs minutes plus tard, il éclata de rire.

- Tant d’amour à donner ? Mais quelle blague ! La faute à qui si je suis comme ça ???

 

:::::::: * :::::::: * :::::::: * ::::::::

 

Lang tira la couette sur lui. L’image d’Anita ne le quittait pas. Depuis le début, il avait envie d’en savoir plus sur elle. En premier lieu, il avait cru que c’était parce qu’elle l’intriguait, mais à présent, il ne savait plus que penser.

Dans le lit d’à côté, Claude non plus ne dormait pas. Il ne se comprenait pas lui-même. Un peu plus tôt, il avait demandé à son ami de lui en dire plus sur lui-même. Peut-être que c’était le départ de Margueritte et James qui le déstabilisait et le perturbait… oui, c’était certainement cela…

 

 

 

Fin du chapitre XXV

A suivre…

Chapitre commencé le 22 mai 2008 et achevé le 14 février 2009

 

Note de fin de chapitre : Oui, oui, ce chapitre fut long à finir et on se demande bien pourquoi -_-  Mais allez, on ne pleure pas là-dessus car j'ai une bonne nouvelle ! Dans 15 jours, vous pourrez lire la suite !!!!! Non, ce n'est pas blague, je suis très sérieuse !!!
On se dit à dans deux semaines :-)
Naëlle
 

 

 

Si vous voulez m'écrire un petit mot au sujet de ce chapitre, rien de plus simple, vous n'avez qu'à remplir ce petit "formulaire" ^_^
Vous n'êtes pas obligé de remplir tous les champs, mais sachez que sans votre adresse e-mail, je ne pourrai pas vous répondre ^_~

 

Lorsque vous cliquerez sur "envoyer", veuillez attendre, vous allez être automatiquement redirigé ici au bout de 5 secondes. Par contre, vous verrez de nouveau ce que vous avez écrit, mais si sur la page précédente c'était noté "Envoi de mail réussi.", c'est que c'est tout bon, vous pouvez continuer à surfer tranquillement, j'aurai votre message ^_^

 

FORMULAIRE

Votre nom :

Votre prenom :

Votre e-mail :

Votre message :

 

 

Chapitre 26

 

Retour à la page des histoires originales