Auteur: Naëlle
Mail: naelle@lartisan.net
Titre: Dave & Melinda ; un petit extra de mon histoire « Le retour du passé »

 

Note : Bonjour tout le monde !

Joyeux Noël 2011 ^_^

Je mets en ligne cette histoire à la demande de Lelierire. Les personnes qui aiment le couple Dave/Mélinda (qui n'est pas un couple, au passage. lol) et ça me fait plaisir. Moi aussi, je les aime tous les deux :-)

Bonne lecture à tous et n'hésitez pas à me faire part de vos impression.

Dernière info : cet extra prend place après la fin de l’histoire principale.

 

Tranche de vie

 

Dave & Melinda

 

 

La femme regarda son ami préparer le dîner. Elle ignorait pourquoi, mais depuis quelques jours, il venait tous les soirs chez elle.

- Il faudra que tu m’expliques ce que tu fais là, dit-elle soudain.

Dave se retourna et se contenta de sourire.

- Ce n’est pas une réponse, fit-elle remarquer.

- J’ai besoin de trouver une excuse pour venir chez toi ?

- Non, bien sûr que non, rajouta-t-elle en s’allongeant sur son canapé.

Plusieurs minutes passèrent sans qu’aucun des deux ne fassent le moindre bruit, si bien que la journaliste commença à s’endormir. Mais elle fut réveillée par une main jouant dans quelques unes de ses mèches de cheveux. En ouvrant les yeux, elle vit que le visage de Dave n’était qu’à quelques centimètres du sien.

- A quoi tu joues ?

- Il y a eu une époque où je pouvais être assis, collé à toi, sans que tu ne me poses de questions…

- …

- C’était simple, j’étais ton meilleur ami qui ne pourrait jamais tomber amoureux de toi et la situation avait l’air de nous convenir à tous les deux…

- Dave… éloigne-toi un petit peu, s’il te plait.

- Pourquoi ?

- J’ai l’impression de m’être suffisamment ridiculisée comme ça, alors ne me demande pas…

- Il n’y a que toi qui te trouve ridicule, dit l’homme en se relevant afin d’aller sortir son plat du four.

Passant ses doigts dans les mèches ayant été touchées par son ami, la jeune femme eut une curieuse impression. Comme s’il n’y avait pas qu’elle qui avait changé.

- J’imagine que tu m’accompagnes en Espagne, dit le policier en finissant de mettre la table.

- Bien sûr. De toute façon, tu ne parles pas un mot d’espagnol.

- Ce qui veut dire que tu vas encore moins me lâcher que d’habitude, je pense.

- … suis-je si gênante que ça ?

- Bien sûr que non. Tu sais très bien que je t’aime, répondit Dave, un peu gêné tout de même de faire une telle déclaration à sa meilleure amie.

- C’est gentil.

- C’est vrai et tu le sais.

- Dave.

- Hum ?

- C’est… c’est le futur mariage de Masa qui te perturbe ? C’est pour ça que tu viens tout le temps ici depuis quelques jours ?

- Non. Je suis très heureux pour lui.

- Tu dois quand même être un peu triste aussi, non ? Je sais que…

- Méli. Tu sais que je tombe facilement amoureux et que j’ai l’habitude des déceptions.

- Mais…

- Ne t’inquiète pas, ce n’est pas parce que je suis triste que je viens près de toi. Si je suis là, c’est simplement parce que j’en ai envie et que j’aime être près de toi.

La femme rougit, même si elle savait que les paroles de son ami étaient dites en toute amitié et qu’il ne fallait pas y voir un sens caché.

- Allez, à table et cesse de t’inquiéter pour moi. Je vais bien. Je ne passe pas ma vie à déprimer non plus, rajouta le policier en riant.

Melinda s’installa face à lui et ne put que le complimenter une fois de plus sur ses talents culinaires.

- J’espère qu’on aura bouclé ton enquête et mon reportage rapidement, dit la journaliste en mangeant.

- Pourquoi ça ?

- Parce que je veux assister au mariage.

- C’est vrai que c’est dans deux mois. Je suis sûr qu’on aura finit avant.

- Justine va sans doute faire une mariée magnifique et Masa sera parfait aussi. Hé hé hé !!!

- Que signifie ce rire ?

- Je vais les bombarder de photo mais pour une fois, ce ne sera pas pour un reportage… quoique… ça pourrait être pas mal…

- Méli !

- Je plaisante voyons. Je n’ai pas l’habitude de faire des reportages sur mes amis.

- Sans blague ????

- Oui… heu… bon, c’est vrai que quand je parle de l’inspecteur D., ce n’est pas pareil.

Les deux amis éclatèrent de rire en pensant aux commentaires de l’homme lorsqu’il se reconnaissait dans les articles de la femme. En règle général, il n’appréciait pas du tout ce qu’elle disait de lui. A l’exception sans doute de son article sur son enquête du Japon. Il ignorait pourquoi, mais elle l’avait présenté sur son meilleur jour.

Lorsqu’ils eurent finit de manger, d’un accord tacite et définit entre eux depuis des années, ce fut la femme qui débarrassa tandis que l’homme mettait les desserts sur la table. Mais alors qu’elle allait revenir s’installer, Dave l’arrêta en se rapprochant d’elle.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
Interrogea-t-elle.

- Je n’en sais rien. On pourrait peut-être essayer…

Comprenant plus ou moins l’allusion, Melinda ferma les yeux alors que son ami rapprochait ses lèvres. Elle ne savait pas pourquoi il voulait l’embrasser, surtout qu’elle le savait, il n’aimait pas les femmes. Elle devrait peut-être le repousser par peur de souffrir par la suite, cependant, elle avait envie de le sentir contre elle.

La porte s’ouvrit soudain avec bruit et quelqu’un entra.

- Ma chérie, j’ai oublié de te demander…

S’éloignant l’un de l’autre aussi vite qu’ils le purent, les deux amis accueillir la mère de la femme avec un rire gêné.

- Qu’est-ce qu’il y a maman ?

- Je voulais te demander… heu… je vous dérange, peut-être ?

- Mais non, pas du tout, répondit l’homme.

- Ha d’accord, j’avais cru… ma chérie, j’ai oublié de te demander. Tu viens avec nous pendant les vacances ?

- Heu… oui, sans doute.

- Parfait. Je te réserve donc une chambre d’hôtel… deux peut-être ?

- Dave, maman veut savoir si tu viens aussi, dit la femme en se retournant vers son ami.

- Où ?

- Surprise, dit la mère, aimant les mystères.

- Hé bien… ça va dépendre… si je n’ai pas d’enquête…

- Je vais en prendre deux. De toute façon, si tu as une enquête, il est bien évident que nous ne pourrons pas profiter de notre fille pendant les vacances, rajouta la femme avec un clin d’œil.

Mais n’imaginant pas cette possibilité, elle ressortit de la maison, ravie de savoir qu’elle pourrait passer du temps avec sa fille d’ici quatre mois. Lorsqu’elle fut sortie, Dave ne put s’empêcher de dire :

- Dis-lui de sonner avant d’entrer chez toi.

- Ca ne sert à rien, elle fait toujours comme ça.

Tous deux se regardèrent avant de se mettre à rire. Finalement, la mère de la femme les avait arrêté avant qu’ils n’aient pu s’embrasser. Mais peut-être qu’un jour, ils recommencèrent là où ils s’étaient arrêtés. Peut-être, ou peut-être pas, la femme n’en savait rien. Cependant, avoir le policier près d’elle suffisait déjà amplement à son bonheur, elle n’allait donc rien demander d’autre, du moins, pas pour l’instant…

 

Fin de tranche de vie : Dave et Melinda

Commencé et Achevé le 09 juin 2007 et mis en ligne pour la première fois le 24 décembre 2011.
Joyeux Noël à tous !

 

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions. Et si vous avez envie de "revoir" certains personnages, n'hésitez pas non plus à me le dire.

 

 

PS : comme je le dis toujours, même si ça fait des années que j’ai mis cet extra en ligne, et que vous avez envie de me dire quelque chose dessus, n’hésitez pas, car le jour où je ne voudrais plus en entendre parler (si ce jour arrive), je l’enlèverai.

 

 

Si vous voulez m'écrire un petit mot au sujet de cet extra, rien de plus simple, vous n'avez qu'à remplir ce petit "formulaire" ^_^
Vous n'êtes pas obligé de remplir tous les champs, mais sachez que sans votre adresse e-mail, je ne pourrai pas vous répondre ^_~

 

Lorsque vous cliquerez sur "envoyer", veuillez attendre, vous allez être automatiquement redirigé ici au bout de 5 secondes. Par contre, vous verrez de nouveau ce que vous avez écrit, mais si sur la page précédente c'était noté "Envoi de mail réussi.", c'est que c'est tout bon, vous pouvez continuer à surfer tranquillement, j'aurai votre message ^_^

 

FORMULAIRE

Votre nom :

Votre prenom :

Votre e-mail :

Votre message :

 

 

Retour à la page des histoires originales