Auteur : Naëlle
Mail : naelle@lartisan.net
Titre : Le retour du passé

 

Bonjour tout le monde !

On a presque terminé cette terminé cette histoire. Ce que vous allez lire est l’avant dernier chapitre et j’espère qu’il vous plaira. Dans ce chapitre, nous allons retrouvé un Grég et une Solange attristé (malheureux, plutôt) par la mort de leur ami Rei. Mais d’un autre côté, avec Masa et Akujo, nous vous pourrez lire un passage qui fait la balance avec ça. Vous allez voir :-)

Par contre, vous n’avez pas aimé le chapitre précédent ? Parce que personne ne m’a rien dit dessus…

Allez, bonne lecture et dans 15 jours, vous pourrez lire la fin de cette histoire :-)

 

 

 

 

Le retour du passé

 

*** Chapitre 11 ***

 

Akujo regarda sa montre et soupira. Elle devait encore attendre une heure et demie avant d’aller chercher Midori. Ses mains se crispèrent sur la tasse à café qu’elle tenait entre ses doigts. Elle espérait de tout son cœur que tout irait bien, car elle aussi risquait sa vie dans cette histoire. Cependant, elle n’en avait cure et ne pensait qu’à ce qu’on ferait à Midori et Shû si le plan qu’avait élaboré Masa échouait.

Pendant ce temps, Masa finissait de s’habiller et attendit qu’on vienne le prévenir que l’heure de partir était arrivée. Son cœur battait de plus en plus fort dans sa poitrine. Il n’avait pas le droit d’échouer, sinon il envoyait les deux garçons à une mort certaine. Il devait réussir et leur faire quitter cet enfer.

- Masaru-sama, c’est l’heure.

- J’arrive, dit alors l’homme en se souvenant que plus jamais il ne verrait le ‘bavard’ : Haruka Mitai.

Une fois dans la voiture, Shû s’inquiéta de l’état de Masa :

- Vous n’avez pas l’air bien maître. Que se passe-t-il ?

- Tais-toi, je réfléchis.

Le jeune homme n’ajouta pas un mot mais continua à s’interroger, surtout parce que Masa n’avait pas voulu lui laisser le volant mais avait insisté pour conduire.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

Akujo couru le long des couloirs, sans se faire remarquer par qui que se soit et entra dans la chambre de Midori, sans avoir frappé à la porte avant.

- Akujo-san ?

- Chuuuut !
La femme venait de placer un doigt sur les lèvres du jeune homme.

- Que…

- Tiens, enfile ça !
Akujo tendit un survêtement avec capuche à Midori et rabattu celle-ci sur sa tête lorsqu’il l’eut enfilé.

- Qu’est-ce qui se passe ?

- Je t’ai demandé de ne pas faire de bruit ! Et maintenant, lève-toi et viens.

Midori prit la main tendue et suivit la femme, une peur de l’inconnu l’envahissant.

Akujo le fit courir quasiment tout le temps du trajet devant le mener de sa chambre jusqu’à la voiture stationnée à l’extérieur.

- Mais… Akujo-san… je n’ai pas le droit de sortir, tenta de protester le jeune homme. Cependant, elle le tenait fermement par la main et le fit monter dans la voiture qu’elle avait louée pour l’occasion.

- Et c’est partit pour la grande aventure !
Dit-elle en démarrant, un grand sourire aux lèvres.

Midori, complètement perdu ne dit pas un mot et attacha sa ceinture.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

- Maître ? Mais ce n’est pas la bonne route. On a perdu les autres… Maître ?

Masa ne répondit pas et se contenta d’accélérer. Des embouteillages qu’il n’avait pas prévu risquait de le mettre en retard et il ne pouvait pas se le permettre.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

- Derrière, il y a un sac, prends-le ! – Midori s’exécuta – Quand nous arriverons, tu ne devras pas l’oublier, alors je préfère que tu l’ais sous la main. N’aie pas peur, tout va bien se passer.

- Si je savais ce qui se passe, ça m’aiderait peut-être, dit alors le jeune homme à la conductrice.
Mais cette dernière ne répondit pas et se contenta de vérifier l’heure afin de voir si elle n’était pas en retard.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

Alors que Masa se garait devant l’aéroport, il vit Akujo sortir de son propre véhicule.

- Akujo, nous sommes là, lui dit-il alors en sortant le plus vite possible.

Melinda et Dave arrivèrent moins de vingt secondes plus tard.

- Allez-y, ils sont les derniers !
Dit alors Dave.

- Merci, répondit Masa en tendant ses clefs à Dave tandis que Melinda prenait celles de Akujo.

- A tout à l’heure, lança l’Américaine en démarrant.

Shû et Midori, ne comprenant rien à la situation se contentèrent de suivre en courant Masa et Akujo.

Une fois devant les contrôles douaniers, Masa et la femme s’arrêtèrent.

- C’est ici qu’on se sépare, dit alors simplement l’homme en regardant tour à tour Midori et Shû.

- Je ne comprends pas.

- C’est très simple, Shû, reprit Masa. Vous allez prendre cet avion qui décolle dans moins d’une demi-heure.

- Qu… Moi aussi ?
Demanda alors Midori.

- Oui, vous partez tous les deux, confirma Akujo. Et dans ce sac – elle pointa le bagage qu’elle avait fait prendre au jeune homme – il y a quelques vêtements de rechange. Et maintenant, allez-y.

Masa sortit de son portefeuille plusieurs liasses de billets et les tendit à Shû.

- C’est pour vous aider à vivre en attendant que vous ayez trouvé du travail.

Midori se jeta dans les bras de l’homme en le remerciant à n’en plus finir, puis, il fit de même avec Akujo, alors que Shû remerciait Masa d’une poignet de main et surtout d’un regard en disant plus long que de grands remerciements. Puis, juste avant d’entraîner son ami vers la salle d’embarquement, il embrassa Akujo, la remerciant pour tout ce qu’elle avait fait pour lui.

Les deux plus âgés regardèrent leurs petits protégés s’éloigner, puis il repartirent, toujours en courant, et arrivèrent devant l’aéroport juste quand Dave et Melinda revenait. En effet, ils avaient pensé qu’ils valaient mieux que la voiture de Masa, ainsi que celle louée par Akujo ne soient pas vu devant l’aéroport, c’est pour cette raison que les deux amis avaient proposé de les faire tourner le temps que Shû et Midori soient accompagné dans l’aéroport.

- Je vais chez mon père, comme prévu, dit Akujo en repartant au volant de sa voiture.

- Et moi, je rejoins les autres. A plus tard, rajouta Masa à l’attention des deux Américains.

En tout, Masa et Akujo n’avaient ‘volé’ que dix minutes au reste du monde, afin de protéger Midori et Shû.

- Soyez heureux, murmurèrent en même temps les deux amis, tout en conduisant vers leurs destinations respectives.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

- Onee-san ! [9]

- Kei…
Maya Shasumi se précipita dans le couloir de l’hôpital afin de prendre son frère dans ses bras.

Solange et Grégory étaient eux aussi sur les lieux et la jeune fille refusait de partir alors que le corps de leur ami avait depuis longtemps était emmené.

- Je vais le tuer… je vais le tuer…

Grégory ne fit aucun commentaire quant aux envies de meurtre de sa meilleure amie. En effet, quelques heures plus tôt, le médecin ayant renseigné Grégory depuis le début leur avait expliqué que leur ami était mort des suites de nombreux coups qu’on lui avait porté. Il était alors devenu évident pour les deux amis que le frère de l’adolescent avait surpris celui-ci alors qu’il devait chercher ses papiers d’identité et avait refusé de le laisser partir.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

- Kyoga-sama.

- Oui Takashi ?

- Le jeune homme pour lequel j’ai appelé une ambulance…

- Oui ?

- Il est mort pendant la nuit.

Kyoga ne dit rien et fit signe à Takashi qu’il voulait être seul.

- Moi qui voulait la confirmation que la fille du café parlait bien de Masaru… c’est raté… Mais n’aie pas peur ma petite maman, reprit-il en regardant le journal intime, je vais le faire sortir définitivement de ‘ce monde’ !

 

~ ~ ~ ~ ~

 

 

Quelques jours plus tard :

 

Alors que Solange et Grégory allaient sortir, tout de noir vêtu, un réceptionniste les arrêta et tendit un combiner téléphonique au jeune homme.

- Allo ?

- Grég !!!! Mais qu’est-ce que tu fous ???? Ca fait des jours que je n’ai pas eut de tes nouvelles !

- Sylvain…

- En plus, Justine est venu ici et a exigé que je lui dise où vous étiez ! Elle a appelé les parents de Gérard et bien évidemment, elle a su que vous n’étiez pas avec leur fils ! Donc, elle veut que vous rentriez tout de suite !!! Grég ! Tu m’écoutes ???

- Sylvain… on rentrera demain… c’est promis… mais pas aujourd’hui…

- Qu’est-ce qu’il y a ?

- On doit aller à l’enterrement… à demain…

Grégory raccrocha sans même se soucier des demandes d’explications de son ami et alla rejoindre Solange qui l’attendait à l’extérieur.

Tous deux montèrent dans le taxi qui les attendait, en silence ; Grégory ne lâchant pas la main de sa meilleure amie.

Lorsqu’ils arrivèrent quelques quarante minutes plus tard, les deux amis furent accueillit par Maya, surveillant du coin de l’œil en même temps son jeune frère. Le jeune homme était décomposé, et une adolescente près de lui, sa petite amie, tentait de le réconforter par des gestes tendres ; cependant, pour l’instant, il était inconsolable.

Un homme, d’une trentaine d’année tenait un cadre dans lequel trônait une photo de l’adolescent défunt. Le cadre étant entouré d’un ruban noir.

- Qui est-ce ?
Demanda Solange en montrant l’homme.

- Le frère de Rei… Mademoiselle, où allez-vous ?

Solange venait de partir comme une flèche en direction de l’homme, et à présent qu’elle était à sa hauteur, elle ne pouvait s’empêcher de hurler :

- Assassin !!! C’est vous qui l’avez tué !!!! Vous êtes un monstre !!! Assassin !!!! Assassin…
La jeune fille finit par tomber à genoux par terre en sanglot.
L’homme, lui, ne s’était pas laissé impressionner et gardait son visage qu’il avait soigneusement façonné avant de venir, celui d’un homme bouleversé par la disparition de son seul et unique frère. Mais après tout, peut-être était-il réellement malheureux… d’avoir perdu l’un de ses meilleurs prostitués.

Alors qu’un murmure s’était élevé parmi les gens présents dans l’assistance, Grégory et Maya aidaient Solange à se relever.

- Il faut qu’il paye…
Murmurait l’adolescente dans les bras de son ami.

- Je suis sûr qu’il payera un jour… ne t’inquiète pas… Viens…

- Vous devriez la ramener à l’hôtel, qu’elle se repose, conseilla Maya.

- Oui… c’est ce que je vais faire.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

- Comment va votre frère ?
Demanda Melinda en arrivant à la hauteur de son interprète.

- Mal, répondit celle-ci. Il vient de perdre son meilleur ami… Je ne sais même pas quoi lui dire pour le consoler. Ma mère est auprès de lui et visiblement, par sa présence silencieuse, elle parvient à calmer un peu son cœur.

- Il est rentré chez lui ?

- Ha non, pas du tout ! Il est toujours chez moi et ma mère va rester quelques jours à la maison. Elle ne lui a toujours pas pardonné ce qu’il a fait, cependant, elle est venue, disant que c’était toujours son fils et que là, il avait besoin de réconfort.

- C’est une bonne mère, dit alors l’Américaine.

- Absolument. On y va ?

- Oui.

Les deux femmes sortirent du hall de l’hôtel et se dirigèrent vers le lieu auquel voulait se rendre Melinda afin de conclure son article.

- Vous avez l’air beaucoup mieux qu’il y a une dizaine de jours.

- Ha ? Merci.

- Il s’est passé quelque chose ?

- On peut dire ça comme ça, répondit Melinda, voulant couper court à toute demande d’explication supplémentaire.

 

~ ~ ~ ~ ~

 

Solange boucla sa valise et attendit que son ami sorte de la salle de bain en regardant par la fenêtre. Elle était venue au Japon afin de retrouver Masa, mais elle n’avait même pas eu le moindre indice quant au lieu où il était. Cependant, malgré cela, elle avait vécu beaucoup de chose dans ce pays promettant mille merveilles.

Lorsqu’il fut prêt, Grégory s’avança sans bruit vers sa meilleure amie et se plaça quelques secondes près d’elle, dans le plus parfait silence. Puis, toujours sans un mot, les deux adolescents s’arrachèrent à cette vision de la ville et sortirent de la chambre.

Une heure plus tard, ils étaient à l’aéroport et, grâce à Sylvain qui s’était débrouillé pour, ils purent embarquer, bien que la date du jour soit différente de celle indiquée sur leurs billets respectifs.

- Solange ?

L’adolescente, regardant par le hublot, alors que l’avion venait de décoller retourna la tête.

- Oui ?

- Non, rien… se contenta alors de répondre son ami en serrant sa main dans la sienne.

- …

- …

- … plus rien ne sera comme avant, n’est-ce ?...
Demanda la jeune fille en regardant une nouvelle fois son meilleur ami.

- … il y a des chances…

Solange lâcha un instant la main de son ami, juste le temps de se blottir entre ses bras… si elle n’avait pas connu la nature de ses sentiments pour Sylvain, peut-être que ce jour là, elle aurait osé lui faire part des siens… sentiments qu’elle avait vu s’accroître tout au long de leur séjour. Lorsque Rei l’avait embrassé et quand il lui avait dit qu’il l’aimait, aussi étrange que cela aurait pu paraître, elle avait eu l’impression de trahir Grégory.

- Tu as raison… Reprit soudain le jeune homme. Plus rien ne sera plus comme avant… même entre nous deux, des choses vont changer…

- Hein ?

- Par exemple, nous ne dormirons plus dans le même lit…

- Pourquoi ? Murmura la jeune fille. Tu ne m’aimes plus ?

L’adolescent eut un sourire avant de répondre :

- Ho que si… le problème est peut-être bien là…

La jeune fille ne répondit pas et se contenta de se coller un peu plus à lui, tendit qu’il l’enlaçait encore un peu plus fort. Pour l’instant, il était inutile qu’ils tentent de faire une analyse complète de leurs sentiments respectifs. De toute façon, ils étaient bien trop ébranlés par la disparition de leur ami pour pouvoir raisonner clairement, cependant, peut-être que plus tard, les deux adolescents pourraient y voir un peu plus clair.

 

 

[9] Onne-san = Grande sœur

 

 

Note de fin de chapitre : J’espère que ça vous a plu. A dans deux semaines !

 

Si vous voulez m'écrire un petit mot au sujet de ce chapitre, rien de plus simple, vous n'avez qu'à remplir ce petit "formulaire" ^_^
Vous n'êtes pas obligé de remplir tous les champs, mais sachez que sans votre adresse e-mail, je ne pourrai pas vous répondre ^_~

 

Lorsque vous cliquerez sur "envoyer", veuillez attendre, vous allez être automatiquement redirigé ici au bout de 5 secondes. Par contre, vous verrez de nouveau ce que vous avez écrit, mais si sur la page précédente c'était noté "Envoi de mail réussi.", c'est que c'est tout bon, vous pouvez continuer à surfer tranquillement, j'aurai votre message ^_^

 

FORMULAIRE

Votre nom :

Votre prenom :

Votre e-mail :

Votre message :

 

 

Chapitre 12

 

 

Retour à la page des histoires originales